lundi 14 juillet 2014

HELLFEST - Live Report

Le Hellfest, plus gros festival de metal en France, nous proposait cette année une affiche d’exception, la meilleur depuis les débuts en 2006.


Pour ma part ce ne fut pas la meilleur édition à laquelle j'ai participé, soucis techniques (téléphone bloqué, perte de mon carnet de notes), soucis de santé (une camarade à fait un malaise et nous avons fini au poste de secours), et fatigue accumulée depuis quelques temps ne m'ont pas permis d'apprécier à sa juste valeur cette éditions. Vous ne retrouverez donc pas l'ensemble des groupes prévus initialement, car beaucoup sont passé à la trappe. 

Enfin bon, c'est parti pour mes impressions sur cette éditions : 


DAY 1 


NECROBLOOD : J'arrive pour le dernier morceau du combo, difficile de se faire une vraie opinion, bien que l'attitude du groupe est bien black, chacun à sa place, pas d'effusion de jeu de scène, et ils ont un son plutôt pas mal pour un début de festival. Dommage de ne pas en avoir vu plus. 

WEEKEND NACHOS : Les Nachos débarquent et c'est une débauche d’énergie sur scène, bien grind comme on aime. Le son est excellent, et bien que la musique du groupe soit un gros bordel orchestré, on apprécie de pouvoir en profiter en de bonnes conditions. Cependant, on note a certains moments des grésillements, n'entachant pas le show mais pas très agréable. Enfin il en faut plus pour se désintéresser de la prestations des grindeux. 

CONAN : Une découverte car je n'avait pas prévu d'aller assister à leur prestation de doom. C'est pas très folichon, mais le son sous la Valley est excellent, et permet dans prendre plein la gueule, en seulement 4 ou 5 morceaux (oui, ils sont très long). Le public acclame la performance et c'est mérité. Va falloir que je me penche sur la discographie du groupe moi. 

KRONOS : C'est un show tout en fumigène et en fureur pour le groupe qui nous explose les tympans de leur brutal death. C'est bien exécuté, mais le son est un peu brouillon. On rentre dedans mais on en ressort facilement, pas le concert du siècle mais un bon moment tout de même. 

IMPIETY : La déception... Je reste 20 minutes et encore. Le son est vraiment naze, c'est moi ou il n'y a pas de basse ? Seul la grosse caisse ce fait entendre de ce coté là. Du coup on a du mal à apprécier le set. Bref, je me casse

STICK TO YOUR GUNS : Deuxième fois que je les vois, et toujours aussi cool. Leur hardcore me plait vraiment beaucoup, et la prestation énergique couplé au son excellent leur rende la tache facile afin d’asseoir le public présent. En revanche, les discours trop long, c'est chiant, seul bémol du concert. Vivement une prochaine fois. 

ROYAL THUNDER : La découverte du Hellfest. Un pure moment de psyché rock majestueux. Vraiment très prenant, des morceaux très fouillés, un chant unique et un son juste parfait. Les mots me manquent pour décrire l’expérience Royal Thunder. Si vous avez l'occasion de les voir, foncez !!!

TRIVIUM : Deuxième fois également que je les vois, quelle ambiance de fou. Ils savent faire le show. La communication avec le public est un des moteurs de leurs shows. La scène est habillées avec des rochers en polystyrène (surement) pour rappeler les couleurs du dernier album. On a donc droit à une grosse prestation, bien que certains classiques ne soient pas joués, et d'un son encore une fois excellent. Un des meilleurs concerts du festival. 

ROB ZOMBIE : Au Hellfest, on à le droit au meilleur et au pire, et ce concert fait parti des pires. Déjà en 2011 ce n'était pas ça, mais alors là. Déjà ROB ZOMBIE en plein jour c'est comme jouer du black dans un super marché, ça n'a aucun intérêt. Et ces interprétations calamiteuses, mais merde ils ont branlés quoi ? On reconnais pas les morceaux. Et les solos de batterie et de guitare sont dispensable en festival, c'est bien, ils savent jouer, mais on s'en fout, faite votre travail correctement, au lieu de vous masturber. Un concert bien pourri, j'ai perdu mon temps a espérer qu'ils fassent mieux. 

SEPULTURA : Ils font le job, et ils le font bien. Ils font partis des légendes de l'univers metal et à juste titre. Nous avons le droit a une nouvelle démonstration de force, et sans cheveux. Le public est acquis à leur cause, et se transforme en fourmilière obéissant presque au doigt et à l’œil de leurs maîtres et de la musique tribale du combo, mise en valeur par un son toujours très bon. Un grand moment de plaisir et de communion, faisant très rapidement oublier la déception du mort vivant. 

KATAKLYSM : Brutal as fuck, et en français également. Le groupe dispose d'un son encore une fois excellent sous la tente, et sait mettre l'ambiance comme il se doit. Le "peu" de public présent rend l'instant encore plus agréable, merci Maiden. On enchaîne les titres et se déboîte la nuque et répond aux interventions de Maurizio. Le meilleur moment de la journée. 

IRON MAIDEN : Bon, j'écoute pas Iron Maiden mais il fallait tout de même y aller, voir ce que ça donne. J'ai vu la scène, de très loin. J'ai regardé l'écran, de très loin. J'ai vu des milliers de têtes. Heureusement que le son était bon. Après il faut aimer le style et le spectacle sinon. C'était bien mais pas ma came. 

WALLS OF JERICHO : Seulement 2 morceaux car rincé de cette première journée. Mais que c'est bon, comme toujours. Le groupe confirme à mes yeux, qu'il est un des leader de la scène hardcore, mais est-ce vraiment un secret ? 


DAY 2

KILLERS : Du bon hard rock français histoire de se décrasser doucement les oreilles de bon matin. C'est pas extraordinaire mais ça passe bien. Le bassiste profitera de la plateforme en place pour Aerosmith pour s'avancer dans la foule, et hormis ça, il n'y à pas grand chose à dire de ce concert, un peu de communication avec les public et hop, la demi heure est emballée. 

OF MICE & MEN : Deathcore, deathcore, oui mais pas le meilleur du siècle. Les américains envoient leur show plutôt rapidement. Le combo dispose d'un son de bonne facture même dans les voix claires, ce qui sera une constante toute la journée sur cette scène, mais ne semble pas vraiment en profiter, le show étant un peu mou. Ils font juste leur job et je reste sur ma faim.

LEZ ZEPPELIN : Led Zep par de charmantes muses, sur le papier ça donne envie, en vrai ... Bah c'est bien mais sans plus, je connais Led Zep de nom seulement donc je ne peut pas comparer. Je sais juste que j'ai passé un agréable moment, malgré un solo de guitare à l'archer interminable, et un manque cruel de communication avec le public. Bien mais sans plus. 

MISS MAY I : Deathcore again. Et c'est tout de suite plus intéressant que OM&M. Plus rentre dedans, plus fouillé, bref mieux. On retrouve également du chant claire mais moins présent, ce qui est appréciable quand on veux une bonne claque. Je n'attendais pas grand chose du groupe et pourtant, il dégage une énergie positive bien sentie, et une certaine fureur. Un bon show, une bonne présence, une bonne communication, un bon moment plutôt agréable. 

WE CAME AS ROMANS : Deathcore, troisième édition. Je les attendais avec une certaine excitation, trouvant l'éléctro deathcore du combo bien foutu. Et je ne fut pas déçu du tout, le second meilleur show de la journée. Les voix claires passent parfaitement bien l’épreuve du live, on aurai pu s'attendre à une catastrophe mais rien du tout, c'est parfaitement maîtrisé. Les autres membres du combo ne sont pas en reste, et s'active sur scène, haranguant la foule avec vivacité. Même les passages éléctro, bien que samplés, ne font pas tachent. Et le public réagit comme il se doit et renvoi la positivité distillé par le groupe. 

EXTREME : Du bon hard rock en attendant Dagoba. Ça s'écoute. Ils ont un bon son sur la mainstage, mais c'est clairement pas pour moi. 

DAGOBA : Ils sont attendus les bougres. Et des les premières notes du concert, le public ne se fait pas prier pour répondre positivement aux Marseillais. Ces derniers semblent très heureux d’être ici, preuve en est les nombreuses interventions de Shawter pour remercier tout le monde. C'est d'ailleurs un peu trop. N’empêche qu'a chaque passage à Clisson, c'est la guerre qu'ils déclenchent, et nous avons le droit au plus gros wall of death de l'histoire du Hellfest cette fois ci. Bravo les gars. 


DAY 3

DORDEDUH : J'attendais de pied ferme le rituel transcendant du groupe. Nous n'en aurons pas moins. Un véritable moment a part dans ce festival de l’extrême. La Temple propose un son excellent, ce qui nous permet d'apprécier les instruments tribaux du groupe, et les mélodies enivrantes qu'il développe. Un groupe à suivre.

MISFITS : Un concert pas prévu mais très agréable car pas grand monde devant la Warzone, ce qui est plutôt dommage étant donné la renommée du groupe. Les morceaux, très courts, s’enchaînent a une vitesse folle. On ne s’embête pas à communiquer avec les public car la bonne humeur distillée par les morceaux le font tout seul. Un bon show bien punk. 

EMPEROR : Dire que la légende est attendue par une majorité des festivaliers est un euphémisme. Les maîtres du black metal se produiront devant un parterre resserré devant la mainstage, et le show sera mené d'une main de maître par Ishahn. Bon, les messieurs ne montrent pas qu'ils sont content d’être là, mais après une si longue absence, on peut penser qu'ils sont heureux de jouer devant tant de monde. Ils nous délivreront un show dantesque et bigrement bien sonorisé. Ou comment finir correctement ce festival de l'enfer. 




Vous venez de terminer ce court report. Encore désolé pour le retard.